Le Baptême nous fait, chaque jour, mourir avec Jésus-Christ

  • au péché, qui refuse le Dessein de Dieu et dit non à l'Amour;
  • au « monde » de Satan, réseau de relations humaines fermées sur elles-mêmes,
    lourdeur et opacité qui s'opposent à l'Amour;
  • à nous-mêmes, c'est-à-dire à cette recherche orgueilleuse et possessive de nous-mêmes, qui, plus ou moins subtilement, stérilise nos sentiments, nos pensées et nos vouloirs en les fermant à l'Amour.

Ce renoncement, fréquemment renouvelé et reformulé au cours de nos journées, est déjà amour, préférence radicale de la volonté du Père en communion avec le OUI du Fils bien-aimé.

P. Paul Milcent, eudiste